Ry

Je suis né sans aucune capacité spirituelle. J'ai grandi dans une famille matérialiste, et dans un état d'esprit tout à fait matérialiste. Cependant je m'intéressais à la philosophie, et vers 15 ans, j'ai commencé à lire des livres sur le bouddhisme, notamment de Chögyam Trungpa. Je pensais y comprendre quelque chose, cependant que je n'y comprenais rien du tout, car j'étais dans un total esprit de matérialisme spirituel, je pensais que la spiritualité pouvait servir à me rendre plus intéressant aux yeux des autres et faire de moi quelqu'un d'important. N'ayant aucune notion de pratique à cette époque, je n'ai rien pratiqué, tout en lisant beaucoup de livres de toutes sortes. Vers 25 ans, j'ai commencé à "pratiquer" le rêve lucide sur la suggestion d'un ami. Cela m'était facile, puisque je me suis même prêté à quelques expériences en laboratoire, mais cela n'a rien changé à ma condition. J'ai ensuite pratiqué sattipatana à partir des cours du Tchan (les anciens et les nouveaux), ce qui n'a rien changé non plus. A partir de 1999, j'ai assisté aux enseignements de divers maîtres tibétains, avec un résultat nul.
Ma situation était assez incroyablement désespérée, lorsque j'y repense, mais je sais aussi que c'est celle de la plupart des Occidentaux qui s'intéressent au bouddhisme. Je n'avais pas la moindre idée de tout ce qui se disait, tout en m'imaginant comprendre parfaitement. Pire que cela, personne n'était capable de m'expliquer quoi que ce soit, car tout le monde se trouvait dans la même confusion. Je ne nierai pas avoir rencontré certaines personnes ayant beaucoup d'expériences, ayant entendu beaucoup d'enseignements, mais je peux dire aujourd'hui grâce à tout le temps que j'ai passé à les écouter, qu'elles avaient une compréhension presque nulle, se reflétant dans un certain nombre d'assertions tout à fait fantaisistes. C'était la mentalité magique qui dominait, et qui domine toujours dans les sanghas, d'ailleurs. Selon cette mentalité, nous ne pouvons pas savoir ce qui se passe, mais il se passe assurément des choses extraordinaires, et par le pouvoir du maître nous progressons. Nous ne pourrions pas dire exactement en quoi, ni comment, mais nous progressons.


C'est un esprit totalement anti-bouddhiste, mais aussi étrange que cela puisse paraître, les Rinpoches le favorisent, car cela facilite leur affaires. Ils ne sont pas venus en Occident pour partager leur savoir (qu'ils n'ont jamais partagé avec leur frères tibétains de naissance moins fortunée en plus de 1000 ans) mais pour se faire donner des terres et de l'argent. Aidés par des disciples qui se croient intelligents mais qui sont d'une bêtise et surtout d'une prétention inimaginable.


J'ai donc entrepris d'étudier et de pratiquer d'autres traditions. J'ai pratiqué l'hindouisme, le soufisme et le christianisme, je suis même en train d'étudier la kabbale. Au final j'en suis venu à la conclusion que s'il existe un seul Dieu, il est manifesté par une infinité de personnes divines totalement unies dans leurs intentions (d'où son nom dans la Génèse : Elohim, Lui-les-dieux). Pour le moment, nous sommes infiniment éloignés de lui, puisqu'en lui l'être est nécessaire, alors qu'en nous il est contingent. En un mot, il est Créateur, et nous sommes ses créatures. Cependant, les traditions nous donnent des moyens de le rejoindre, plus ou moins, en plus ou moins de temps.


Comme les chrétiens, je pense que Dieu peut nous élever si nous le lui demandons, pourvu que nous soyons prêts à faire ce qu'il demande. Mais comme les rabbins Juifs, je pense que cela ne nous dispense pas de l'étude et ne nous interdit pas de créer des réceptacles, ce en quoi l'aide du soufisme, de l'hindouisme et du bouddhisme n'est pas à négliger. Chaque religion à son génie, qui consiste à avoir développé une méthode unique pour rejoindre le Créateur. Mais il est parfaitement possible de cumuler toutes leurs découvertes, qui ne sont que des points de vue différents sur une même réalité.

Interêts

Dieu, christianisme, islam, bouddhisme, hindouisme