19/01/2013

Rajeunir

Depuis quelque temps, je cherchais à revoir un ancien ami qui manifestement ne le souhaitait pas, et à la réflexion, j'ai fini par comprendre que c'est lui qui a raison. En effet, quand on a connu les gens assez jeunes, on en garde plutôt une bonne image, surtout que, comme je l'ai déjà dit, les souvenirs se bonifient avec le temps. Avec un petit effort, nos anciens amis finissent même par peupler une sorte de terre pure qu'on peut voir souvent en rêve, et on entretient avec eux des relations de plus en plus intéressantes. En revanche, on constate que dans le samsara les gens dégénèrent à une vitesse ahurissante avec l'âge, 2 fois plus vite que ce que j'estimais auparavant (mais d'où sortait cette estimation ?). Là où je pensais qu'il fallait 10 ou 15 ans pour produire certains effets, 5 ou 7 ans peuvent suffire. J'ai revu plusieurs personnes à 5 ou 7 ans d'intervalle, et le résultat est apocalyptique. Pour la plupart, les gens ont pris 10 ou 15kg, et toutes leurs qualités ont disparu, on a l'impression de voir des petits vieux avant l'heure (ce qui signifie qu'en réalité les petits vieux sont dans un état absolument monstrueux). La raison de cet état de faits ? Très facile. C'est l'absence de pratique. Si je passe une seule journée à ne pas pratiquer suffisamment, le résultat est totalement délétère. En une seule journée; alors on n'imagine pas en quelques années.

Pratiquer, malheureusement, ce n'est pas juste réciter des mantras ou faire du yoga, car les profs de yoga n'échappent pas au processus dont je parle, et qui est en premier lieu une sorte de sclérose de l'esprit qui devient de plus en plus rigide.

On pourrait se dire que si on commence à pratiquer jeune, on y échappera, mais on voit déjà chez les jeunes toutes les causes karmiques qui vont produire cela, et qui ne vont pas se déraciner facilement, car comme tous les karmas fondamentaux, c'est engrammé dans la goutte du coeur. Il y a déjà un attachement extraordinaire à l'illusion de l'image de soi et de celle des autres. En effet, quand on donne un moyen simple de se défaire de cette illusion (mentir, par exemple en faisant des compliments éhontés), personne ne veut le faire (sauf les PUA pour coucher avec les filles de leur choix), de peur effectivement de réaliser que les gens ont une image d'eux-mêmes complètement délirante, et que par conséquent chacun est bien incapable de voir autrui, le filtre égotique étant bien trop épais. J'ai par exemple un ami qui a fait un profil sur Couchsurfing pour trouver un hébergement sur Paris à des dates précises, il n'a obtenu que des réponses négatives, de gens à l'esprit "très ouvert" mais malheureusement indisponibles à jamais. Je lui ai suggéré de faire un second profil plus dans l'optique de ce que les gens ont l'air d'attendre, et si ça ne marche pas, il en fera un troisième... Il a également fait une expérience avec une fasciathérapeute, une fois lui dire son vrai ressenti, elle en a eté très mécontente, une autre fois en lui disant ce qu'elle voulait entendre, à savoir qu'elle avait changé sa vie, et elle en était enchantée. Je me demande combien de gens font cela inconsciemment, en effet j'ai un ami qui propose une sorte de thérapie, plein de gens lui disent qu'il a changé leur vie, ce qui est évidemment faux quand on analyse les faits (mais lui-même les croit, bien sûr). Je ne pense pas qu'ils mentent consciemment, simplement qu'ils se mettent en phase pour être aimés du thérapeute.

Pour en revenir aux jeunes, il est évident qu'il est très facile de leur en mettre plein la vue en leur racontant n'importe quoi puisqu'ils n'ont aucune forme de discrimination ni de facultés extra-sensorielles (Seth parlerait de sens internes), à savoir qu'ils sont exactement comme des enfants de deux ans, d'une crédulité effarante. Les gourous de tout poil en profitent largement pour leur faire croire n'importe quoi sur leur propre compte, et ça marche d'autant mieux qu'ainsi que je le disais plus haut, personne ne veut savoir la vérité. Cette absence de discrimination est le symptôme d'un mal bien plus grand, l'absence de conscience (ou une couche incroyablement épaisse d'ignorance fondamentale dirait le Lopön), ce qui va garantir une déchéance totale vers la quarantaine, car il est impossible de pratiquer correctement dans un tel état de crasse de l'esprit. Or la pratique correcte est la seule chose qui garantit la régénérescence et le nettoyage karmique du corps subtil. Je ne saurais définir autrement la pratique correcte qu'en disant que c'est la faculté d'identifier et de générer des vents de sagesse capables d'inverser le processus de dégradation générale. Ce qui nécessite de discriminer toujours plus finement ce qui se passe dans l'esprit.

Je peux noter par exemple qu'en temps "ordinaire", le corps fonctionne en roue libre. Il bénéficie d'un certain capital de départ, qui s'épuise tout naturellement. Comme le dirait Seth, de l'énergie est insufflée jusqu'à un certain point, tel un ballon de baudruche, et une fois ce point dépassé, elle s'en va. C'est un processus tout à fait insconscient. Il faudrait déjà commencer par devenir conscient de cette énergie, afin de savoir comment ne pas dégénérer, au moins au niveau du corps subtil. Mais ce n'est évidemment pas celle qu'on nous vend dans les cours de chi-qong et de yoga où l'on voit que bien que les professeurs soient souples et pleins de chi, leur corps subtil est rigide, ça suit la courbe de l'âge. Ce que l'on veut c'est le contraire, autrement dit cela ne peut pas être fait avec une "énergie" au sens d'une chose externe que l'on pourrait manipuler. ça ne peut être fait qu'avec de la conscience, c'est-à-dire de l'être. Or on peut constater que c'est bien la dernière chose qui intéresse les gens. Ils veulent bien de l'argent, et de l'énergie, mais changer, non. On le constate même chez Jane Roberts, qui dès le départ n'écoute rien de ce que lui dit Seth sur les sujets personnels. Elle est très intéressée par les discours sur la nature de la réalité, les capacités extra-sensorielles etc, mais quand il s'agit d'elle, c'est le blocage total. On pouvait prévoir la suite sans être voyant. Etre investie d'une telle énergie visant à la faire changer, et manifestant un tel refus, ça ne pouvait se finir que dans un gros clash, qui à mon avis a été sa maladie, dont elle a tout à fait "refusé" de guérir (ne mettant en pratique aucun des conseils donnés), tout en se plaignant de sa condition bien sûr.

La maladie c'est d'abord un état d'esprit obscur et qui refuse de changer. La solution n'est pas de combattre la maladie, ce qui serait lui donner une existence, mais de générer un état d'esprit lumineux, ce qui se traduit par des canaux et gouttes lumineux. C'est ce que personne ne comprend.

15:30 Écrit par Ry | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Je suis bien d'accord sur la situation: dans le lieu où nous sommes, la lumière filtre si faiblement qu'elle en est quasiment indiscernable, à cause de nos voiles bien sûr, mais je n'arrive pas à penser que c'est la faute des gens. Pour moi, c'est vraiment le mythe de la caverne : comment discerner autre chose que les habituelles ombres projetées sur le fond de la caverne, qui forment la totalité de l'existence? Platon le dit bien, si quelqu'un arrive et parle de la source de ces projections, il n'est pas possible qu'il soit compris; ses interlocuteurs vont chercher ce dont il parle parmi les habituelles ombres.
c'est ainsi que des pratiquant peuvent comme tu le dis croire qu'ils pratiquent sans bouger d'un pouce à l'intérieur, sûrs d'être dans le juste, et heureusement aussi des non-pratiquant peuvent pratiquer sans le savoir, en ayant une vie extérieure totalement dévouée aux autres, et une vie intérieure qui leur semble aller de soi.
Je me demande si ce n'est pas plus une question de grande chance de tomber sur un indice indiquant la voie, qu'une question de mérite.

Écrit par : ursula | 20/01/2013

En tous cas, Seth n'a pas l'air de dire que qui que ce soit pourrait ne pas savoir ce qu'il fait, jusqu'aux choses dont on penserait qu'elles ne sont vraiment pas en notre pouvoir. Pour lui, la distinction entre choses qui seraient de notre ressort et choses qui ne le seraient pas n'a pas lieu d'être, puisqu'on "crée" jusqu'à l'univers physique. Par exemple, si 4 personnes regardent un poste de télé, il y a 4 univers parallèles et 4 postes de télé. J'en étais arrivée à la même conclusion à partir des enseignements du dzogchen, même si pour le moment je ne passe pas à travers les murs.
Quoi qu'il en soit, au niveau psychologique, c'est vraiment très évident, il y a filtrage total des informations les plus grossières et refus complet d'évoluer chez la plupart des gens. On peut invoquer toutes les causes, mais je pense comme Seth que les causes en question sont déjà des conséquences, et que la vraie cause se situe dans la conscience. Que ce qu'on invoque comme causes, sont déjà le résultat d'un fait de conscience qui refuse l'ouverture et va se trouver ensuite un tas d'excuses. Par exemple telle personne peut dire qu'elle ne peut pas faire telle chose parce qu'elle est malade, mais Seth dira en premier lieu qu'elle a choisi d'être malade. J'y crois d'autant plus que tous les "miracles" dont il parle peuvent être accomplis par certains saints.
Il faut simplement arrêter de se séparer de soi-même et de se prendre pour cet espèce de moi factice complètement artificiel. Après cela il est très facile d'évoluer.

Écrit par : Ry | 20/01/2013

J'ai bien fait de ne pas lire ton article avant d'écrire le mien, qui n'y aurait pas survécu.

Écrit par : John warsen | 20/01/2013

C'est vrai que depuis que j'ai constaté qu'il y a des jours où on vieillit et d'autres où on rajeunit, je considère plus l'âge comme un défi que comme une fatalité. Cela dit on ne rajeunit pas dans le même sens que celui qu'on a connu quand on était jeune, c'est tout à fait différent et donc intéressant car inconnu (car redevenir d'jeun, non merci). Je souhaiterais évidemment que d'autres partagent cette vue, mais...

Écrit par : Ry | 20/01/2013

Bonjour

je viens de découvrir ce site et je suis fascinée de voir combien nous avons de choses en commun (sauf sur les développements sur l'inconscience et lignorance des gens car depuis plusieurs années, je note l'évolution de conscience qui a liue et qui s'est encore accélérée ces derniers temps), bref tout ça pour revenir sur "rajeunir" je travaille sur ce thème depuis quelques temps déjà et effectivement ce qui ressort de ma propre recherche, c'est qu'il fait laisser tomber ce terme. Nous sommes dans un acte de création de quelque chose de nouveau, ce nouveau étant hors de l'espace -temps. Ce nouveau corps ( car le corps généré est alors le symbole extériorisé du Moi ) est libéré de l'axe horizontal de la génétique humaine et terrestre. Je vois régulièrement ce nouveau corps qui correspond à ce que Je SUIS aujourd'hui mais il me manque des détails en particulier au niveau du visage, c'est comme ça que je sais qu'il est différent (sans être étranger au corps visible actuellement).

Écrit par : patricia | 23/02/2013

"Il faut simplement arrêter de se séparer de soi-même et de se prendre pour cet espèce de moi factice complètement artificiel. Après cela il est très facile d'évoluer."
Oui, c'est bien résumé; c'est pour cela qu'on peut dire qu'il faut faire des efforts sans relâche pour que s'ouvre la porte de l'autre moi, ou aussi qu'il n'y a rien à rechercher, rien à vouloir, pour que s'évanouisse la porte. Mais si c'est le faux moi qui s'empare de la phrase, c'est fichu dans les deux cas.
J'ajouterais que le faux moi ne naît pas de la mauvaise volonté, mais d'un désir d'être accepté par le groupe, ce qui est carrément une question de survie pour le nouveau-né!
John Warsen : c'est sûr, personne ne voudrait redevenir jeune en conscience, mais au physique; je crois que baisser physiquement a aussi le rôle de faire diminuer le faux-moi :)

Écrit par : ursula | 21/01/2013

oups.... c'était un post de ry, mes excuses...

Écrit par : ursula | 21/01/2013

Les commentaires sont fermés.