01/10/2013

Les dangers de la pseudo-spiritualité

Je veux parler ici d'un courant pseudo-spirituel qui se répand de plus en plus, citons en vrac Krishnamurti, Byron Katie, Eckhart Tolle, Andrew Cohen, Karl Renz... la liste est longue, de tous les "éveillés" qui proposent des satsangs partout à travers le monde. On trouvera ici un excellent exemple de ce type d'enseignement.

Le point commun de toutes ces personnes, c'est qu'elles disent toutes "je suis Dieu", mais que, contrairement à Maître Philippe par exemple, ils ne maîtrisent pas les éléments.

     "Hier, M.P. m'avait donné rendez-vous à Fourvière. Le prêche de l'abbé F. nous sembla pauvre et terne. Il mettait en doute le pouvoir de la foi, affirmant que les miracles rapportés par la Bible ne devaient pas être pris à la lettre, mais en tant que "symboles".
    A la fin de la messe M.P. demanda à parler au prêtre. Il lui dit qu'il se trompait, que Dieu exauçait toujours les prières et les voeux des âmes pures. Même de nos jours !
    "Que la foudre tombe sur cette église si je peux croire à ces balivernes !" blasphéma l'impie.
    Alors, regardant l'abbé droit dans les yeux, mon ami fit un geste et aussitôt un éclair fulgura dans la pénombre de la cathédrale et la foudre tomba à nos pieds, suivie d'un effrayant coup de tonnerre."

Ils ne ressuscitent pas non plus les morts, comme le faisaient Jésus ou les Prophètes de l'Ancien Testament (sans doute y a-t-il des exemples datant du siècle dernier, mais aucun ne me revient), et n'apparaissent pas non plus à leurs amis dans la Lumière du Thabor.

L'état qu'ils décrivent ressemble en réalité à l'état de désincarnation tel qu'il est décrit dans les livres traitant de la vie dans l'au-delà. Ces livres ne décrivent pas le paradis chrétien, plutôt un intermonde de paix et d'amour dans une sorte de périphérie de Dieu, très éloignée de la vision directe (qui définit le paradis).

En effet, notre mode de vie ne favorise pas l'incarnation, mais plutôt la dissociation de l'âme et du corps, à force de mener une existence exclusivement mentale. Il est assez facile d'imaginer qu'à l'extrême, il se produit une semi-désincarnation, en sorte que lorsqu'on demande au pseudo-éveillé s'il peut faire la vaisselle, il va répondre "il n'y a plus personne pour faire la vaisselle". On est à l'opposé des Saints qui se démènent pour aider leur prochain.

Ensuite, ces gens vont essayer d'intégrer cet état de vie désincarnée à leur incarnation, on se demande pour quel bénéfice. Ils vivent dans une bulle de perception où il n'y a qu'eux, pris pour Dieu. Et c'est ce que la nouvelle spiritualité nous présente comme le nec plus ultra. C'est devenu aujourd'hui le modèle dominant, relayé par le pseudo-bouddhisme (car le vrai bouddhisme est totalement différent).

On retombe ici sur la difficulté soulevée dans le précédent article. Comment une personne recherchant le bonheur pour soi dans une exaltation de l'impersonnel peut-elle avoir la moindre perception des vérités chrétiennes ? Beaucoup d'entre eux vous diront qu'ils connaissent le christianisme, et d'ailleurs qu'ils expérimentent les états mystiques les plus élevés. Mais étrangement, aucun d'entre eux ne perçoit le monde spirituel, avec ses anges et ses saints, et c'est normal puisque pour eux, Dieu n'existe pas.

La vraie vie spirituelle ne consiste pas à expérimenter un bonheur pour soi, mais à s'intégrer dans un monde spirituel, une famille au Ciel, ce qui va donner un sens à notre vie. C'est une collaboration totale entre des esprits qui sont animés par la même intention (réaliser le projet de Dieu), à l'opposé du chacun pour soi qui est devenu le mot d'ordre actuel. Dans cette collaboration, l'homme semble l'élément le plus faible, et l'ange semble l'élément fort, j'expliquerai dans un autre article en quoi les uns ont besoin des autres.

Il est intéressant d'avoir testé les deux paradigmes pour en saisir toute la différence, de même qu'il est intéressant d'avoir connu l'athéisme et la foi pour bien savoir de quoi l'on parle, et à qui l'on s'adresse.

14:22 Écrit par Ry | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.