19/10/2013

Martin Luther

Hier j'ai lu la biographie de Martin Luther, pour voir un peu d'où partait le protestantisme. C'est quelqu'un qui avait des qualités, notamment le goût de l'étude, le désir d'expérimenter les choses par lui-même, de la persévérance et de l'intelligence, mais quand on voit son écrit sur les Juifs (qu'ils n'ont même pas osé publier en entier sur Wikipedia), on se dit que là, il était possédé par un démon, car il n'y a qu'un démon pour penser des choses aussi grossières.

Après cela, je ne dis pas que le Protestantisme soit entièrement l'oeuvre du démon - ou peut-être devrait'on dire que s'il l'est, ce n'est pas pour dire des choses fausses, c'est pour mettre les choses à une place qui ne convient pas. Comme le dit Mère, le mal ce n'est pas une chose mauvaise en soi, c'est quelque chose qui n'est pas au bon endroit.

La relation directe avec le Père, c'est une religion excellente pour les elfes d'Akanishta, qui sont tous saints, mais pour l'homme déchu, c'est la porte ouverte à toutes les folies. Le top semble quand même atteint avec les évangélistes et pentecôtistes de tout poil, qui prétendent faire des multitudes de guérisons, mais quand on cherche des preuves, on ne trouve jamais. D'ailleurs je lisais récemment la bio de Luc de Simféropol, archevêque Orthodoxe et chirurgien pendant la seconde guerre mondiale, et je me demandais pourquoi il s'embêtait tant à faire des opérations compliquées, s'il était si facile de guérir les gens par le prière. Apparemment, ça n'est pas si facile, mais le problème c'est que les gens se laissent convaincre tant ils sont naïfs, et sont eux-mêmes les artisans de l'arnaque. C'est comme pour la méthode du TIPI. Poussé par la pression du thérapeute à reconnaître qu'on est guéri, on le déclare, et puis lorsqu'il y a rechute, on n'ose pas le dire. Je pense que chez les évangélistes la pression est cent fois plus forte. Les gens veulent tellement être guéris et montrer à tout le monde qu'ils le sont (et qu'ils sont ainsi favorisés de Dieu), que pendant quelques minutes ils arrivent à jeter leurs béquilles. S'ils les reprennent le lendemain, à qui vont-ils aller s'en vanter ? Ils vont rester discrets on s'en doute. Ce ne sont donc pas forcément les évangélistes qui sont les plus menteurs, peut-être y en a-t-il même un certain nombre qui sont sincères (quoique...). Comme les gens soi-disant possédés du Saint Esprit, c'est sûr que s'il y a 3000 personnes qui les regardent en train de s'exhiber, non seulement c'est plus facile pour eux, mais on peut être certain qu'il y a des esprits dans le coin. Mais le Saint Esprit ? ça reste à prouver. Si j'étais le Saint Esprit j'irais plus facilement au monde Athos que parmi des assemblées de fous qui ne font quand même pas tellement honneur à notre espèce (ni à Dieu). Même s'il y a peut-être eu des saints protestants.

Il faut admettre de toutes façons qu'un phénomène n'est pas un bloc homogène, et qu'une religion mal inspirée à la base, et aussi par la suite, peut tout à fait convenir à certaines personnes et leur permettre de réaliser l'union à Dieu. Il y a toutes sortes d'individus sur terre, et autant de voies que d'individus. Ce n'est pas parce qu'il y a d'un côté des fous, qu'il n'y aura pas des saints de l'autre côté.

La caractéristique du fou, c'est de juger les choses dans leur globalité et d'être incapables d'appréhender les individus ("Les Juifs sont comme ceci, les musulmans sont comme cela..."). Il n'y a pas de religions, il n'y a que des individus religieux, et ne voir que des religions, c'est une façon d'être fou.

19:56 Écrit par Ry | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.